Abilio Diniz, infatigable

Photo Abilio Diniz, infatigable

Un entrepreneur influent au sein du sous-continent brésilien

Abilio Diniz (http://www.lemonde.fr) a appartenu au cercle des proches de l’ancien chef d'Etat du Brésil, Lula. Selon "Forbes", le patrimoine d’Abilio Diniz est évalué à près de 4 milliards de $, ce qui en fait la dixième fortune du Brésil. Selon l’hebdomadaire brésilien "Epoca", il fait partie des 100 personnages ayant le plus d'influence dans le pays.

La société d'investissement multiplie par 2 sa participation dans le capital du groupe Carrefour France, l'entreprise d’Abilio Diniz est le quatrième sociétaire du géant de la distribution avec 5,07% du capital. Depuis son départ de Grupo Pão de Açúcar, l'homme d'affaires consacre son temps à BRF et recherche de nouveaux investissements. En compagnie d'un partenaire de choix, Abilio Diniz revient dans le monde de la distribution au Brésil à 78 printemps.

Une première grande surface GPA lancée dès la fin des années 1950

À la fin des années cinquante, le père d’Abilio Diniz comprend que l’avenir du négoce se jouera avec les grandes surfaces et le libre-service. GPA, ou Grupo Pão de Açúcar a été initié par la boutique de son père. Sur une artère particulièrement réputée de la ville de Sao Paulo, le père d’Abilio Diniz ouvre sa toute première boulangerie. La boulangerie de la famille Diniz s’appelle Pão de Açúcar, l'enseigne rappelle bien entendu le Pain de Sucre de Rio.

L'enfance d'Abilio Diniz

La famille d’Abilio Diniz, d’origine portugaise émigre au Brésil en 1929 Il est né le 28 décembre 1936 dans la capitale économique du Brésil. Les gosses de son entourage le prennent comme tête de turc dans son enfance. Abilio Diniz ambitionne de se perfectionner en économie aux Etats-Unis.

Le le groupe d'Abilio Diniz rencontre d'importantes difficultés financières au cours des années 1990, tandis que le Brésil est en pleine crise économique. Au milieu des années 90, il ouvre le capital du Grupo Pão de Açúcar. Le groupe se transforme en leader de la distribution au Brésil après qu'il ait déclenché une période d'achats de sociétés. Le plan de sauvetage draconien déployé par le patron permet de préserver le groupe, qui congédie 20 000 salariés, cède ses activités dans la péninsule lusitanienne et ferme un tiers des magasins. un groupuscule "d'extrême gauche" enlève Abilio Diniz au cours de la présidentielle de 1989. Libéré au bout de 7 jours, l’homme va rester affecté par cette expérience.

Casino actionnaire majoritaire de GPA, Abilio Diniz vers d'autres horizons

En septembre 2013, un accord à l'amiable signé avec Casino permet à Abilio Diniz de mettre fin à clause de non-concurrence et de pouvoir envisager des investissements dans n’importe quel secteur économique. Casino a la main mise sur Grupo Pão de Açúcar à partir de juin 2012. C’est la désunion puis le départ d’Abilio Diniz du conseil d’administration l'année suivante. Le groupe Pão de Açúcar affronte la rivalité du Français Carrefour sur ses terres brésiliennes. Il a renoué avec sa stabilité financière après la crise et commence les pourparlers de rapprochement avec Casino. L’abandon de la Banque Brésilienne de Développement mais aussi l'opposition du patron de Casino entrainent l'échec de l'alliance de Carrefour Brésil avec Grupo Pão de Açúcar.